facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause
%POST_TITLE% Thumbnail

Que se passe-t-il lorsque le coronavirus frappe durement l’économie?

Mars 2020


Les marchés boursiers du monde entier sont en baisse, car les investisseurs réagissent au risque économique accru que représente la propagation du coronavirus, ou du COVID-19.

Bien que les investisseurs n’aient pas vraiment réagi à la nouvelle du coronavirus lors de la première moitié de février, une escalade surprenante du nombre d’infections en Italie semble avoir été le catalyseur qui a incité les investisseurs à se concentrer sur les risques.

Nous ne pouvons pas prédire le risque ni ce qui pourrait entraîner une correction des marchés. Il nous incombe de gérer les risques. Les marchés font maintenant face aux perturbations économiques alimentées par l’apparition du coronavirus.


États-Unis

L’économie américaine est peut-être moins vulnérable aux séquelles économiques potentielles du virus, mais cela ne signifie pas qu’elle ne souffrira pas de ses effets négatifs. Aux États-Unis, la croissance du PIB au quatrième trimestre s’est établie à un taux annualisé de 2,1 %, ce qui n’a rien à voir avec la situation qui régnait en date du 27 février. L’activité manufacturière qui a légèrement rebondi en janvier devrait se contracter en février.


Énergie et pétrole

Si les répercussions du coronavirus sur l’économie sont incertaines, son incidence sur les prix de l’énergie ne fait guère de doute. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a réduit de 1,3 million de barils par jour ses prévisions concernant la demande mondiale au premier trimestre de 2020 et, si ces prévisions s’avèrent exactes, il s’agirait de la première baisse de la demande sur 12 mois en plus de 10 ans. Selon l’AIE, la Chine est responsable de plus des trois quarts de la croissance de la demande mondiale de pétrole.


Europe

Comme certains pays d’Europe entretiennent des liens économiques étroits avec la Chine et que l’on note un nombre croissant de cas de coronavirus dans des pays tels que l’Italie, les conséquences économiques pourraient être semblables à celles que subira l’Asie. À l’aube de 2020, la production industrielle européenne ralentissait par suite de la décélération déjà marquée de l’économie chinoise. En fait, comme les exportations mondiales continuaient de subir le contrecoup du différend commercial entre les États-Unis et la Chine en décembre, les perturbations actuelles de la chaîne d’approvisionnement ne feront que retarder la reprise. Par conséquent, tout rebond en Europe dépendra d’un rebond en Chine.


Corrections des marchés

Les corrections – baisses des marchés boursiers supérieures à 10 % – sont assez courantes. Les marchés baissiers – recul supérieur à 20 % du cours des actions – sont généralement associés aux récessions. Cela ne veut pas dire que la volatilité actuelle des marchés est attribuable à une récession imminente. Il est peu probable qu’il y ait suffisamment de signes d’une telle conséquence économique à l’heure actuelle. Par conséquent, nous n’affirmons pas que la volatilité actuelle engendrera un marché baissier définitif. Parallèlement, la tendance qui, ces dernières années, incitait à acheter des actions après un recul marqué justifie une certaine prudence. Les conditions économiques et les conditions de marché actuelles commandent un examen attentif.

La volatilité dans ce cas-ci est le résultat du manque de confiance des investisseurs, mais aussi des facteurs fondamentaux. L’épidémie de coronavirus est à la fois un catalyseur et une cause de la volatilité des marchés et il est peu probable que cette dernière disparaisse rapidement. Il ne serait peut-être pas judicieux d’acheter des actions après un recul marqué et d’augmenter la pondération des actifs à risque d’un portefeuille tant que les investisseurs ne seront pas plus optimistes quant à la conjoncture économique et aux bénéfices futurs.


En rétrospective, adopter une position équilibrée avant la volatilité actuelle était une approche prudente pour la répartition de l’actif et elle le demeurera compte tenu de la conjoncture économique et jusqu’à ce que des signes d’amélioration apparaissent.


Comme toujours, si vous avez des questions au sujet des marchés ou de vos placements, je suis là pour y répondre.


Cordialement,